Lettre aux personnels pénitentiaires et aux adhérents de la CGT par Céline Verzeletti (Secrétaire National UGSP-CGT)

Aller en bas

Lettre aux personnels pénitentiaires et aux adhérents de la CGT par Céline Verzeletti (Secrétaire National UGSP-CGT)

Message  p2a le Mar 12 Mai - 20:42

Montreuil, le 12 mai 2009
Aux personnels pénitentiaires
Aux adhérents de la CGT


Cher(e) collègue,

L’administration pénitentiaire vient de connaître un conflit important dans son histoire. Il faut remonter à
l’hiver 1994-1995 pour trouver une dernière trace d’un mouvement de cette ampleur, notamment dans ses
formes d’actions et d’unité sur les terrains.

Au nom de la direction nationale de la CGT Pénitentiaire, je tiens, en tout premier lieu, à saluer l’ensemble
des personnels pour leur mobilisation sans faille, malgré les coups, les fatigues et une méprisable conclusion
qui se traduit par la signature prématurée des deux responsables syndicaux FO et UFAP. Malgré cela,
l’esprit de conquête est toujours là car le compte n’y est pas, nos conditions de vie et de travail ne vont pas
changer à terme. La CGT ne peut se satisfaire de cet accord et ne se résigne pas à si peu. Nous nous
engageons donc à tout mettre en oeuvre pour construire de nouvelles batailles pour un meilleur avenir.
Je tiens également à remercier les adhérents et militants de la CGT et des autres organisations, qui se sont
battus, dans l’unique objectif d’améliorer leur profession et d’obtenir, dans l’unité, de nouveaux acquis.
C’est une attitude que la CGT aurait aimé entrevoir chez les responsables nationaux de FO et d’UFAP.
Quand nos homologues nationaux prenaient seuls des décisions qui engageaient toute la profession et notre
conflit, la CGT prenait un temps important dans les pauses pour consulter l’ensemble des responsables de la
CGT. C’est comme cela que s’est dégagée une position collective qui nous a menés à claquer la porte le 6
mai au soir. Elle a été prise par notre collectif qui a jugé que le relevé de conclusions n’était pas à la hauteur
des propositions qui auraient du être formulées pour trouver un règlement au naufrage que traverse cette
institution.

Cependant, nous n’avons pas pris une position « jusqu’au-boutiste » que certains vont assurément critiquer.
Non seulement le compte n’y était pas mais, surtout, notre collectif a jugé en toute conscience et démocratie
qu’il fallait certes engranger l’ensemble des peu de points positifs du relevé, mais que le niveau de l’action
nous permettait de rompre le dialogue pour poursuivre l’action sous d’autres formes, pour gagner davantage.
A l’heure où des secteurs entiers d’activité sont en lutte depuis des mois, qui peut être assez naïf pour croire
que 4 jours suffisent à porter l’exigence revendicative à un niveau acceptable ? Dans les faits, les
propositions de la ministre sont à la hauteur des 4 jours. Alors, certains vous promettent d’y retourner au cas
où ! Etrange attitude et piètre profession de foi quand on est incapable de continuer au-delà de 4 jours.
Pour la CGT Pénitentiaire, la politique syndicale des petits bras et des petits pas n’est pas la bonne. Lorsque
la cohésion est là, il faut se donner les moyens de poursuivre l’action sous peine d’y retourner tout les quatre
matins. C’est le sens de notre point de vue syndical : il appartient au collègue, dans l’action, et à lui seul, de
décider de la poursuite de mobilisation et du niveau revendicatif à exiger. Le collectif CGT n’est là que pour
le relayer.

Très fraternellement,

Céline VERZELETTI
Pour le secrétariat national

_________________
Promis demain j'arrête... de promettre...
avatar
p2a
Représentant
Représentant

Nombre de messages : 242
Age : 39
Localisation : Corse, Ajaccio
Emploi/fonction : Secrétaire UGSP-CGT MA AJACCIO
Date d'inscription : 07/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum