LE BLUES DU SURVEILLANT

Aller en bas

LE BLUES DU SURVEILLANT

Message  magali83 le Mar 4 Nov - 23:56

Le blues des surveillants de prison

C'est une profession qui suscite nombre d'interrogations, de fantasmes en ces temps de suicides de détenus ultramédiatisés. Des prisonniers se donnent la mort dans leur cellule, et c'est toute une profession qui vacille, qui est montrée du doigt par les proches des défunts, par l'opinion publique.

Le rôle et la vie du surveillant pénitentiaire sont totalement méconnus du grand public. Ces femmes et ces hommes exercent une profession peut-être à la croisée des chemins si le surveillant du Pontet -poursuivi aujourd'hui pour "non assistance à personne en danger"dans l'affaire d'un suicide qui s'est produit en 2004 (voir papier ci-dessous)- venait à être condamné.

Portrait croisé de deux surveillants, bien loin des "matons" d'antan. Ils nous ont raconté leur profession, leurs griefs, leurs doutes, leurs convictions et ont exprimé leur rancoeur, leur colère parfois, leur blues surtout...

Pas de vocation pour être surveillant

"Il n'y a pas de vocation à proprement parler pour faire ce métier, c'est la mission de service public qui m'a attiré en 2002," entame Paul Cassel, surveillant au Pontet et délégué syndical SNP-CFTC. "Je savais que cela serait difficile, mais c'était aussi un défi personnel. J'ai des principes et des valeurs, notamment le respect de la dignité humaine."

"Moi, j'étais contractuel dans l'Education nationale, j'ai rencontré quelqu'un et j'ai voulu par conséquent me stabiliser professionnellement en 2001. Un détenu est avant tout pour moi un être humain. Mon objectifpermanent, c'est la bonne santé physique et psychologique de mes détenus, on a tous à y gagner en plus," explique Jean-Charles Matutes, délégué du syndicat UFAP.

Un emploi, quatre casquettes

"C'est très compliqué car nous avons deux missions, continue Paul Cassel. La première, c'est la sécurité et la bonne santé des détenus et la seconde, et elle est tout aussi importante, c'est notre rôle dans leur réinsertion. La prison n'est pas une fin en soi, elle ne doit être qu'une étape dans la vie d'un individu qui s'est égaré. Moi, j'ai envie d'y croire même si certains sont irrécupérables." "

Après le boulot, on se sent totalement épuisé nerveusement et physiquement car on a quatre casquettes en fait: assistant social, psychologue, docteur et surveillant! Nous sommes constamment sollicités pour tout et n'importe quoi: du café, du sucre, une TV qui marche pas... C'est un quotidien déstructurant, on fait une nuit blanche tous les cinq jours. Il y a même une étude qui prouve qu'un surveillant de prison vit six à huit ans de moins que la moyenne nationale. Et puis, il y a les menaces et les insultes qui sont fréquentes," détaille Jean-Charles Matutes.

Un manque cruel de personnel

"Au Pontet, nous manquons cruellement de personnels, je pense qu'avec une quinzaine d'agents supplémentaires, nous mènerions une autre vie car, aujourd'hui, on fait au moins 25 à 30 heures de plus par mois. Le problème est qu'on nous demande toujours plus mais on ne nous en donne pas les moyens. Et puis, il y a aussi cette mauvaise image dont on pâtit dans la société alors qu'on nous demande de réussir là où tout le monde à échouer à l'extérieur de la prison," déplore le délégué UFAP.

Et les suicides?

"On vit constamment avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. C'est très dur. Au quotidien, on détecte, on signale et on empêche des bagarres. Si vous saviez les dizaines de vies qui sont sauvées. Le nombre de gars, en train de se pendre, qu'on a décroché," lâche Jean-Cahrles Matutes. "Chaque suicide est pour nous une grande douleur. Mais on ne peut pas mettre un surveillant derrière chaque détenu. Nous faisons vraiment tout notre possible, avec nos moyens," conclut Paul Cassel.
avatar
magali83
Adhérent
Adhérent

Nombre de messages : 151
Age : 40
Localisation : TOULON- LA FARLEDE
Emploi/fonction : Surveillante
Date d'inscription : 13/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE BLUES DU SURVEILLANT

Message  p2a le Sam 8 Nov - 21:39

Tant de vérités... Et encore on est loin du quotidien d'un surveillant là...

_________________
Promis demain j'arrête... de promettre...
avatar
p2a
Représentant
Représentant

Nombre de messages : 242
Age : 39
Localisation : Corse, Ajaccio
Emploi/fonction : Secrétaire UGSP-CGT MA AJACCIO
Date d'inscription : 07/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum